Post

Brussels sprinkles

Leave a reply

IMG_2264

L’hiver n’étant jamais arrivé à Paris, une échappée à Bruxelles (pour rappel : 1h15 en Thalys depuis Paris) le temps d’un week-end n’aura pas seulement rafraîchi notre automne, mais aussi nos idées. Clichés d’une ville où il fait bon vivre !

Since winter never showed up in Paris, we took a trip to Brussels (only 1h15 by train) to refresh our mind (and ourselves!) in the fall. Looks like people know how to enjoy life over here!

Bruxelles est une ville chaleureuse et surprenante, comme beaucoup de gens le disent. Passer de ruelles pavées bordées de vieux bâtiments colorés et charmants à des buildings ultramodernes, sillonner les parcs et les lacs embrumés et se balader malgré le froid, malgré l’étendue de la ville.

Brussels is both welcoming and surprising (as many people may say). You go through little paved streets with old colorful buildings then you’re surrounded by modern buildings; you walk through the foggy parks and keep walking everywhere, even if it’s cold, even if the city is big.

La convivialité est le maître mot dans la capitale européenne : le mélange des différentes nationalités au sein de la ville lui donne tout son charme et la rend forcément accueillante, surtout quand il s’agit de partager une gaufre, un cornet de frites ou une bière !

There’s a good vibe spreading all over the european city because it’s made of different cultures living with each other. That’s why Brussels is inevitably welcoming… And even more when it comes to sharing a waffle, fries or a beer!

.

IMG_2293

.

IMG_2278

.

IMG_2291 .
IMG_2324

.

IMG_2328

Glutenfree beer @ Delirium

.

IMG_2378

.

IMG_2387

European Commission building

.

IMG_2404

.

IMG_2407 .

Delirium = +2000 Beers

.

La Grand Place

.

Advertisements
Post

“Kim. Ptite Kim. Kimou.”

Leave a reply

Capture d’écran 2014-02-01 à 20.51.08

L’article qui suit a été rédigé par l’une des personnes qui me connaît le mieux sur cette planète et qui a traversé, depuis notre rencontre à l’université, la maladie à mes côtés. Son soutien a toujours été inconditionnel et je suis particulièrement émue par ses mots, si justes, si spontanés. Merci du fond du coeur pour ton amitié. Voici donc le témoignage d’une amie si précieuse qu’elle a osé prendre sa plume et décrire sa vérité aux côtés de la crohnie que je suis.

The following post has been written by one of the people who knows me best. Since I met her in college, she’s been by my side for better and for worse. Her support with my Crohn’s has always been the most dedicated. I’m sincerely overwhelmed by her words: she managed to actually describe how it has been all the way. Thank you for everything about our friendship. Here is the testimony of a friend who dared writing her own truth, our own truth indeed, about living by the side of a young crohnie.

♥♥♥

Kim, ptite kim, kimou. Ptite kim, Kimou, Kim. Je n’arrive pas à me décider de l’ordre dans lequel présenter ces trois appellations. Un prénom, deux surnoms qui, à mon sens, représentent parfaitement une seule et même personne, trois facettes indissociables pour décrire Kim. Tâche que je vais tenter de ne pas trop rater…

Kim, « ptite kim », kimou. « ptite kim », Kimou, Kim. I really can’t decide in which order I would like to present these designations. This first name, those two nicknames are to me one and the same person, three inseparable faces to describe Kim. Let’s try to explain this clearly…

Septembre 2009. Entrée en 2ème année à Sciences Po, l’insouciance et les joies du Sud de la France étaient nos maîtres mots. Je n’ai pas de souvenirs précis de notre rencontre, ni des premiers liens qui se créent au début d’une amitié. Je visualise son appartement, cet endroit qui est rapidement devenu ma 2ème maison au cours de cette année. Le canap’, ce fameux dans lequel je me pose à chaque fois que je vais squatter chez Kimou (excusez mon langage familier, mais c’est lui qui exprime le mieux l’ambiance dans laquelle je veux nous replonger). Les poutres apparentes, la table basse en permanent bazar, les amandes, les zams, la musique, et nous voilà parties pour des heures. Des discussions sans fin, sur tout sujet. Parfois des heures de Wii où je m’acharne à être systématiquement la dernière. Des allers et venues des uns et des autres, c’est la maison du bonheur. Kimou, quand je l’ai rencontrée, elle venait tout juste, quelques mois auparavant, d’être diagnostiquée de la maladie de Crohn.

Back to september 2009. 2nd year of college at Sciences Po, the insouciance and the pleasures of Aix-en-Provence were our master words. I can’t remember the first time we met, neither how we became friends in the first place. I just picture her apartment, this place that soon became my second home during this particular year. The sofa, this one in which I chill each time I’m going on Kimou’s home. The exposed beams, the messy low table, the almonds, the “zams”, the music and here we are for hours. Endless talks about anything from personal thoughts, feelings and tastes to world affairs. Sometimes, hours playing Wii even if I was always the last on Mario Kart races. Everybody was coming in and out, it was a pretty happy place. When I met Kimou, she had just been diagnosed with Crohn’s disease a few months ago.

Autant vous dire que je n’avais pas la moindre idée de ce que cela pouvait signifier et impliquer. Je me suis toujours dit qu’il est particulièrement difficile de comprendre les autres, et au-delà de les comprendre, de se mettre réellement à leur place si on ne partage pas une histoire de vie similaire. L’art de l’empathie, de la compassion, est également un travail quotidien de longue haleine. Comment faire sentir à quelqu’un à qui vous tenez, que vous souhaitez l’alléger/comprendre ses peines, ses souffrances, ses moments de solitude, malgré un mode de vie opposé au vôtre, le sien étant notamment contraint à l’époque par des attaques intempestives et répétées de Crohn. Qui plus est quand vous n’avez comme principale préoccupation que de savoir à quelle heure sera l’apéro ce soir. Je me suis souvent pensée inutile, j’ai ragé de ne pouvoir prendre concrètement sur moi un peu de ce poids qu’elle portait. Crohn, c’est celui qui passe inaperçu aux yeux de tous et empoisonne la vie de celui qu’il habite. Crohn, s’il est un duel farouche avec le corps qu’il a décidé d’investir, est aussi un défi permanent pour les gens qui entourent le/la Cronhie en question. C’est une leçon d’humilité, qui force à réellement appliquer ces jolis principes de tolérance, patience, douceur et joie de vivre desquels on se réclame souvent sans avoir toujours conscience de ce qu’ils signifient pour de bon, « en vrai ».

 I absolutely had no idea of what it could imply. I’ve always thought that it is really difficult to understand people, and beyond understanding, to truly put yourself in another person place if you’re not living the same thing yourself. Empathy, compassion is a long-term and daily work. How to make someone feel you care, that you want to ease her pain, her lonely moments, despite the fact that your way of life is strictly opposed to hers. When she was constrained by some regular and inopportune Crohn’s attacks, my main concerns were organizing drinks with friends. I often felt useless; I raged not to be able to concretely carry a part of her burden. Crohn’s is the one that goes unnoticed for everybody and that ruins the life of the one whose body it sickens. Crohn’s isn’t only a fierce everyday duel: it also is an ongoing challenge for people close to the cronhie. It teaches us humility, it actually makes us apply all the nice values – as tolerance, patience and kindness – which we often claim they are ours without really having the consciousness of what they truly mean.

J’ai eu la chance, d’une certaine manière, de voir Kim évoluer avec sa maladie, depuis des débuts chaotiques à la fameuse et tant attendue rémission. Cette rémission, à mes yeux, est bien plus qu’un terme médical officiel (bien que cette confirmation clinique si positive soit « bueno super bueno ») ; c’est une rémission psychologique, une acceptation franche et entière de la maladie et de ses conséquences. C’est une Kim « boute-en-train », une Pintade enthousiaste et grandie que j’ai le plaisir et la fierté de côtoyer aujourd’hui. Une cronhie assumée, finalement.

In some way, I got the chance to see Kim evolving with her disease, from the chaotic beginnings to this holy expected remission. The remission is for me a lot more than the official medical term (even if the clinic confirmation is damn good news); it is in fact a psychological remission, a whole and frank acceptance of the illness and its consequences. From now on, it is an always positive Kim, an enthusiastic and mature chick that I have the pleasure to know. She embraced her disease, and I’m proud of my friend.

Capture d’écran 2014-02-01 à 20.54.39

Je ne vous fais plus attendre, voilà la déclinaison des trois appellations labellisées Lisa Kim Peres. Kim, l’entrepreneuse. Un bout de femme très à l’aise, leader, oratrice, sérieuse, consciencieuse, parfois même trop stricte avec elle-même et les autres, dure et tranchante dans ses jugements. Ptite Kim, la grande sensible et trop peu confiante en elle (elle est bien cachée, je sais), doutant de tout et de tout le monde, anxieuse à se rendre malade. Kimou, la détente, la marrante, la douce, une des personnes qui a le chic de m’apaiser dans les moments de tempête intérieure. Nous y voilà !

I’m not going to let you wait anymore: here is the declination of the three designations I give to Lisa Kim Peres. Kim, the entrepreneur, who is a sociable woman, a leader, a serious and meticulous person, that sometimes is too harsh on herself and others, but also in her judgements. “Ptite Kim”, the way too sensitive girl who lacks self confidence (she is hidden deep down, I know!) and who doubts everything and everyone, that gets sick because of her anxiety. Kimou, the funny and gentle one, one of my friends that always succeeds in calming down my owm anxieties. Here she is!

Une de mes phrases préférées, avec laquelle je serine les oreilles de tous ceux qui ont le malheur d’avoir une discussion avec moi sur la vie et ses aléas, clora une fois de plus mon propos : la roue tourne.

One of my favourite quotes, which I’m drumming into the ears of anyone having a discussion with me about life, will once again conclude my words: the wheel turns. 

IMG_1539

 

Post

French Touch

Leave a reply

En ces périodes troubles où la France est sous les projecteurs des médias mondiaux et s’embrase même en son sein, j’ai jugé bon de redorer notre blason sur le blog Do It In Paris. Cocorico !

France has been on fire lately, both in worldwide media and in our country itself. That’s why I wrote this piece for the Do It In Paris’ blog. French only, sorry!

French Touch

Post

Brazilian vibes

Leave a reply

IMG_7067

Pour être tout à fait honnête, j’avais pour projet de diviser cet article en deux. L’un vous aurait fait rêver, en énumérant les innombrables qualités de ce pays chaleureux où il fait si bon vivre, comme je l’espère vous verrez dans les clichés qui vont suivre. L’autre entendait montrer le côté obscur de ces eaux pourtant turquoise fluo, la difficulté à communiquer malgré des efforts surhumains en portugais, la complexité de voyager en tant que touristes étrangers (pourtant avertis !), la pollution des plages ou encore notre overdose de frites et de pão de queijo.

Mais que voulez-vous ! Il faut croire que l’optimisme est un joli défaut, il m’est impossible de voir mon verre de caïpirinha à moitié vide. À la vue des photos et de mon bronzage qui se fait la peau, le Brésil semble déjà loin et pourtant, garde une place de choix dans mon coeur. La preuve en images !

Let’s be honest: at first, I wanted to write two posts about Brazil. One was supposed to highlight all the obvious good things about this country where life is sweet and easy. I sincerely hope you’ll find that in the following pictures! But I was planning to write a second post about the dark sides we have found under the shadows of palm trees. E.g.: we had a lot of troubles communicating with locals, even with our attempts at speaking portuguese (not that bad!). Occasionally, people weren’t that welcoming, which was quite surprising knowing so many foreigners will visit them in the coming years. We got sick of sorting out plastic bags from incredibly clear neon blue waters, and we got tired of eating basically fries and cheese bread everyday.

But what can I say? I can’t help but remain optmistic: to me, a glass of caïpirinha cannot be half-empty! While watching those pics all over again and my tan fading away, I already miss this place. Away from the eye, but always in my heart: here’s a sneak-a-peek of what it does look like!

Favela de Cantagalo from our Airbnb penthouse in Rio: all about chicken sounds and funk music!

IMG_7046

Ilha Grande, RJ: a natural and peaceful island

IMG_2551

IMG_2555

Praia de Lopes Mendes (Ilha Grande, RJ): blue is the warmest color!

IMG_2572

IMG_2574

IMG_2594

Ilhabela, SP: bling-bling but yet charming

IMG_7109

IMG_7115

Ilha das Cabras (Ilhabela, SP): last day of 2013, first dive ever!

IMG_7116

No it’s not Cuba, it’s Vila, the city center of Ilhabela

IMG_2600

Oh, the things you’ll see in Paraty, RJ!

IMG_7196

IMG_2612

IMG_2623

IMG_2628

IMG_2613

IMG_2630

IMG_7229

iPhone 5 + Canon 60D

More pics on my instagram account!

Post

2014

Leave a reply
2014
2013 a filé au point de laisser ce blog inactif pendant près de six mois : elle a été l’année de transition, de mise en place des pions. Elle scintille déjà loin, cette année haute en couleurs. Telle un arc-en-ciel, elle annonce le beau temps après la pluie, elle est la promesse de cieux plus bleus. Que le soleil brille en 2014 et qu’il réchauffe vos coeurs !
 
2013 ran so fast I didn’t even manage to post anything here for almost six months. It was a transitional period of time for me, and yet, it already seems far away. Just like this rainbow that’s shining away, 2014 announces itself as the sunshine that comes after the rain. I wanna believe the sky won’t be cloudy this year. I truly hope 2014 will warm you up!
Post

Good night

3 comments

L’un des effets secondaires les plus pervers de la maladie de Crohn, ce sont les troubles du sommeil. Des heures les yeux grands ouverts dans son lit, on tourne on se retourne, on lit, on regarde un épisode de Game of Thrones [NB : très mauvaise idée si tu viens de terminer l’épisode 8 de la saison 3], on ferme les yeux, on respire et on essaie d’oublier que dans quelques minutes le réveil va sonner. Le genre de nuit horrible qui se lit sur les yeux pendant les 5 jours qui suivent. Cela vous est sûrement déjà arrivé, alors je vous demande d’imaginer ce que ça peut-être quand l’on souffre de fatigue chronique ; oui, oui, en plus de la maladie de Crohn, des traitements, des rhumatismes paralysants, des problèmes de peaux, du yoyo interminable, de la perte de cheveux… Nous autres crohnies avons beau tout faire, nous ne sommes pas aussi résistants à l’accumulation de manque de sommeil.

One of the most exhausting side-effects of Crohn’s disease is having trouble sleeping… You know, when you lay in bed with your eyes wide open, experiencing every position you may think of, turning light on to read a book or to watch Game of Thrones [this might not be a good idea if you’ve just finished episode 8 of season 3, just sayin’], closing your eyes again and trying not to think of the alarm clock that is about to ring. You know, those kind of nights one can guess just looking at you the 5 coming days. That might have happened to you, so please take a moment to imagine how this can be handled when you suffer from chronic fatigue. Yeah right, like having Crohn’s, treatments related to Crohn’s, joints hurting pretty bad, skin infections, weight loss and gain, hair loss and so on wasn’t enough! Whatever we want, whatever we do, us crohnies cannot afford not to sleep well.

L’un de mes trucs les plus efficaces, c’est d’écouter ma playlist “Good Night”, constituée au fil du temps et de découvertes harmonieuses. Dix extraits dans cet article en vous souhaitant de beaux rêves !

One of the most efficient tricks is to listen to soft music. This is what my “Good night” playlist is all about. Here are 10 songs part of this playlist I’ve had for years, adding new songs as I discover them. Sweet dreams!

Le + du jour : les trucs des rédactrices de Stylist pour avoir l’air fraîche après une nuit blanche de clubbing. Disons que si nos problématiques de patientes chroniques sont un peu moins superficielles, les conseils sont toujours très bons à prendre !

+ The Stylist French issue teaches us how to look fresh after a whole night of clubbing. If our problems are a little more “profound” than those of party girls, those tricks are always good to know!